Journée mondiale du climat : Sotteville-lès-Rouen agit

mare du bois de la garenne a sotteville-les-rouen

Impliquée dans la démarche Cit’ergie, la ville de Sotteville-lès-Rouen a mis en place plusieurs actions qui s’intègrent dans les trames vertes, bleues et noires. Explications :

Les trames vertes, bleues et noires sont des démarches qui visent à maintenir et à reconstituer un réseau d’échanges pour que les espèces animales et végétales puissent, à l’image de l’homme, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer… et assurer ainsi leur cycle de vie. Ces trames ont pour objectif de préserver de biodiversité, en restaurant des réseaux de milieux naturels. Le caractère minéral de la ville peut et doit s’accommoder de ce riche écosystème.

Des espaces dédiés à la nature

La trame verte fait référence aux milieux naturels et semi-naturels terrestres. La multiplication des végétaux constitue un réseau pensé pour la préservation et le développement de la biodiversité. Véritables alliés pour l’Homme, nos amies les plantes contribuent grandement à la purification de l’air en captant le CO2 émis par l’activité humaine. Pendant les périodes de fortes chaleurs, les végétaux constituent des îlots de fraicheurs agréables pour tous. À Sotteville-lès-Rouen, la Ville a fait le choix d’augmenter le nombre de végétaux sur le territoire, dès que c’est possible, en déminéralisant des espaces : des cours d’écoles, des aménagements routiers, des jardins partagés… et assurant la replantation de 300 arbres et arbustes chaque année.

La trame bleue fait référence aux réseaux aquatiques et humides (fleuves, rivières, canaux, étangs, mares, milieux humides…). Entourées de végétaux, les zones humides contribuent grandement à réduire la chaleur ambiante. Afin d’étendre le maillage de la trame verte et de la trame bleue, une seconde mare située non loin de l’avenue de la Libération est en cours d’aménagement dans le bois de la Garenne.

La trame noire fait référence à l’ensemble des corridors écologiques caractérisés par une certaine obscurité et empruntés par les espèces nocturnes. L’absence véritable de nuit a un impact négatif sur le développement de la biodiversité et sur le sommeil de l’humain. C’est pourquoi la Ville a fait le choix d’expérimenter la ville nocturne de 1h à 5h dans le secteur compris entre l’avenue des Canadiens, la rue Léon Salva et la rue Léon Blum. Une action écologique et économique qui permet aussi de réduire la consommation d’énergie de la ville.

 

À lire aussi : De jeunes arbres plantent leurs racines à Sotteville-lès-Rouen