Le RéCRE mobilisé

FAMILLE – ACCOMPAGNEMENT – SERVICES MUNICIPAUX

Le RéCRE de Sotteville-lès-Rouen, Réseau pour la Coéducation et la Réussite Educative, est mobilisé quotidiennement aux côtés des familles sottevillaises.

Privilégiant la proximité, les agents du dispositif mettent en place des appels téléphoniques hebdomadaires auprès des familles du LudoCLAS, du Coup de Pouce clé ou encore auprès de celles qui bénéficient d’un suivi individualisé. 170 familles sont ainsi régulièrement en contact pour veiller au bien-être des enfants mais aussi de leurs parents.

Ces espaces de dialogue téléphoniques et de médiation permettent ainsi d’apaiser les tensions intrafamiliales ou certaines inquiétudes. Les parents peuvent obtenir des conseils d’organisation, notamment lorsque le télétravail en confinement rend la cohabitation difficile entre contraintes professionnelles et vie familiale.

« La préoccupation la plus importante de la part des parents, c’est le fait qu’ils ne sont pas eux-mêmes enseignants. Ils ont à cœur la réussite éducative de leurs enfants et ont peur de ne pas pouvoir ou de ne pas savoir les accompagner pour l’école à la maison » indique Laurence Renou, adjointe en charge de la jeunesse et de l’enfance. « La mission du RéCRE est alors de déculpabiliser les parents et de les rassurer. La continuité pédagogique repose avant tout sur le duo enseignants-parents. En la circonstance, on ne peut que saluer l’investissement des uns et des autres. Le RéCRé intervient sur ce terrain en complément, lorsque les moyens, l’équipement font défaut. Par ailleurs, il est mobilisé sur l’accompagnement éducatif, qui peut-être fragilisé par le confinement et les contraintes qu’il fait peser ».

Le RéCRE fait ainsi le lien avec les partenaires pour faciliter le quotidien des familles en confinement. « Lorsque les enfants rencontrent trop de difficultés pour faire leurs devoirs, nous faisons le relais avec les directeurs pour proposer un parcours plus personnalisé aux enfants concernés. Nous avons aussi facilité un partenariat avec l’AFEV (Association de la Fondation Etudiante pour la Ville) et Emmaüs Connect pour que 6 familles puissent bénéficier d’un ordinateur et d’une connexion internet pour l’école des enfants ». Enfin, les agents du RéCRE proposent des alternatives d’apprentissages (recette de cuisine, jeux de société), ils font le relais des conseils et ressources disponibles pour mieux vivre ce confinement et « après avoir fait le recensement des besoins en matériels auprès des familles, 44 kits éducatifs leur ont été préparés et livrés à domicile ».

 

N’oublions pas…

DEVOIR DE MÉMOIRE

Une nuit destructrice restera à jamais gravée dans l’histoire locale. Le 19 avril 1944, le ciel obscur s’éclaircit brusquement comme en plein jour. Trois vagues successives de bombardements tuèrent plus de 500 habitants et détruisirent plus des deux tiers de Sotteville-lès-Rouen. De longues années furent ensuite nécessaires pour estomper les stigmates de cette nuit tragique.

En 2018, répondant favorablement à la sollicitation de la Ville, Hélène Roger-Pioger a accepté de livrer son témoignage à travers un projet vidéo et diverses rencontres intergénérationnelles, notamment avec les membres du Conseil Municipal d’Enfants. Fille de cheminot, elle avait 17 ans à l’époque de ces faits qui n’ont jamais cessé de la hanter. Elle a souhaité transmettre ses souvenirs intacts au grand public, et surtout aux plus jeunes, pour que cette terrible page ne sombre pas dans l’oubli et ne se reproduire plus jamais.

Bien évidemment, le contexte sanitaire actuel empêche l’organisation de la cérémonie commémorative qui réunit chaque année élus, associations d’anciens combattants et Sottevillais autour de la stèle érigée au sein de l’espace Marcel Lods. Implantée au cœur même du vieux Sotteville anéanti voilà maintenant près de 76 ans, la pierre de ce monument était jadis le contrepoids d’une grue qui a servi à la reconstruction de la ville. Un choix hautement symbolique liant passé, présent et futur. Il appartient en ce sens à chacun d’entre nous de cultiver le devoir de mémoire, même en cette période si particulière que nous traversons. A défaut de pouvoir nous rassembler pour rendre hommage à ces disparus, la Ville vous invite à découvrir ou redécouvrir le témoignage de Mme Roger en cliquant ici

Opération sourires

Et si vous participiez à  “l’opération sourires” ?

Destinée à favoriser le lien entre avec les résidents sottevillais qui vivent un confinement très strict et les Sottevillais, jeunes et moins jeunes, cette opération vous invite à rédiger un message et à envoyer un dessin, un poème, une photo, une chanson… au moyen d’un formulaire dédié. Vos marques d’attention et messages de sympathie seront transmis par la Ville aux retraités des trois résidences autonomie.

À vous de créer, à vous d’imaginer, à vous d’envoyer vos messages à l’ensemble des résidents qui vous le rendront… avec le sourire !

Rendez-vous ici

Plus belle la place

CADRE DE VIE – TRAVAUX

Des travaux de reprise d’enrobé vont avoir lieu sur la place de l’Hôtel de ville du 20 au 22 avril prochains. Dans le respect des gestes barrières, l’entreprise qui reprend son activité mi-avril, va profiter d’une place moins active en cette période de confinement, pour faire ses réajustements. Ce chantier sera réalisé à sa charge, sur demande de la Métropole Rouen Normandie qui lui avait transmis des réserves.

Métropole Rouen Normandie, tél. 0 800 021 021

Prêts à en (dé)coudre ?

SOLIDARITÉ – BÉNÉVOLAT

Déjà mobilisée sur plusieurs fronts, la Ville fait appel à la solidarité et au talent des couturiers et couturières qui souhaitent participer et compléter l’approvisionnement de masques. En effet, en lien avec la Métropole Rouen Normandie, la Ville poursuit les démarches pour permettre d’équiper tous les Sottevillais de masques dans la perspective du déconfinement.

A domicile, sur la base de patrons et de modèles certifiés AFNOR, les volontaires sont invités à découper, assembler, coudre et fabriquer des lots de masques qui seront ensuite redistribués aux habitants. La matière première, tissu et accessoires, seront fournis par la Ville.

Si vous êtes intéressés et disponibles pour participer à cet élan de solidarité, rendez-vous sur MonSotteville.fr, rubrique entraide. Répondez à l’annonce “A vos masques, prêts, partez !

Ensemble, faisons face au virus !

Coups de cœur à la bibliothèque

CULTURE – BON PLAN – SERVICES MUNICIPAUX

En cette période de confinement, la bibliothèque municipale ne peut plus recevoir de public mais continue à être mobilisée en coulisses et sur la toile avec des adaptations, des acquisitions, des initiatives et une palette de ressources mobilisées au profit des Sottevillais.

A la fermeture des établissements recevant du public, le bâtiment bibliothèque a dû baisser rideau. Mais là comme ailleurs au sein des services municipaux, on s’active pour continuer à amener la lecture, la culture, la musique, la formation, la connaissance et le jeu dans les foyers sottevillais. « La bibliothèque municipale est, un de nos piliers, pour l’accès à la culture pour tous » rappelle Edwige Pannier, adjointe au maire en charge de la culture, de l’animation et de la mémoire de la ville.

Très tôt, la bibliothèque a communiqué à ses usagers les informations utiles en matière de fonctionnement. Ainsi les documents empruntés (plus de 24 000) peuvent être conservés jusqu’à la réouverture de l’équipement, la boite à livre n’est plus accessible. De la même façon, tous les abonnements arrivant à terme au 1er mars ont été prolongés pour permettre à chacun d’accéder aux ressources en ligne disponibles sur le portail, et plus particulièrement aux supports d’autoformation. « N’étant plus limité en terme de connections, tous les abonnés ont désormais accès à ces ressources en même temps » précise l’adjointe.

Et puisqu’il n’est plus possible de se rendre sur place, la bibliothèque municipale a étoffé sa collection de livres numériques. Romans, policiers, documentaires, récits de vie ou encore romans jeunes adultes, dès fin mars, 47 nouveaux titres ont ainsi été ajoutés au catalogue (déjà 550 titres disponibles) et d’autres acquisitions seront faites régulièrement.

Grâce à ces livres numériques, la bibliothèque municipale vous invite à participer au Prix du livre Inter 2020. 10 romans sont sélectionnés, de belles découvertes en perspective. « Et si, cette année, nous profitions du confinement pour faire nos propres pronostics ? » propose-t-elle sur son site.

Quant à la page Facebook de la Bibliothèque de Sotteville-lès-Rouen, elle est régulièrement alimentée par des bons plans repérés par les bibliothécaires et les usagers, à partager sans modération. Des artistes qui proposent des concerts en live, aux podcasts à ne pas manquer sans oublier les coups de cœur littéraires et musicaux, c’est LA PAGE à suivre pour un confinement culturel.

De fil en aiguille

PORTRAIT – VIE MUNICIPALE

Pour débuter cette année, le Sotteville mag de janvier valorisait la créativité d’un agent de la Ville exerçant un métier devenu rare au sein des collectivités. Véronique Bougardier est en effet couturière municipale. Son carnet de commandes est bien chargé tout au long de l’année : confection de draps et doubles-rideaux pour les écoles, réparation de tenues de collègues des services techniques, création d’éléments pour diverses manifestations… Véronique cultive par ailleurs « l’esprit récup’ », donnant une seconde vie à diverses pièces et chutes de tissu qui se transforment en sacs, blouses, porte-doudous, bavoirs, gants de toilettes ou encore torchons. Mais s’il y a bien une chose qu’elle n’aurait jamais pensé produire un jour en telle quantité, il s’agit bien de ce fameux masque barrière qui fait l’actualité.

« En temps normal, je travaillerais sur l’élaboration de costumes qui devaient servir à des projets des structures petite enfance et de l’école municipale agréée de musique et de danse. Mais l’épidémie est arrivée et a stoppé net mon activité. J’ai cependant rapidement tenu à mettre mes compétences à profit et, suite à une discussion avec une infirmière libérale et à mon initiative personnelle, j’ai commencé à créer quelques masques en tissu, distribués entre autres par la suite à certains commerçants de mon quartier. Pour cela, j’ai suivi les recommandations Afnor pour assurer la qualité du produit fini, trouvant documentation et tutoriels sur internet. J’ai beaucoup de réalisations à mon actif mais je n’avais jamais confectionné ce type de masque ».

Très rapidement après le début de la période de confinement, la Ville a fixé un objectif ambitieux à notre couturière : la production de 2000 masques pour répondre aux besoins d’employés municipaux en première ligne ainsi qu’à ceux de publics fragiles. « J’ai quitté mon atelier du chantier municipal pour travailler à mon domicile. Ma machine à coudre professionnelle y a aussi temporairement trouvé refuge et j’ai emmené le stock de fournitures en ma possession : des élastiques, des tissus qui devaient initialement servir à la confection de draps, d’autres qui m’avaient été gracieusement donnés par des Sottevillais suite à l’article dans le bulletin municipal, et enfin des lavettes microfibres qui servent de filtre à l’intérieur du masque. Depuis, mes journées sont rythmées par la découpe et la préparation des différentes pièces requises, une étape assez longue, puis j’enchaîne avec la couture pour les assembler. En moyenne, j’en fabrique près d’une trentaine par jour. Je fais donc avec les moyens du bord. Pour l’heure, mes masques sont plutôt neutres, mais certains arborent quelques motifs comme des licornes roses. L’originalité du tissu apporte un peu de légèreté en cette période. En revanche, je vais bientôt commencer à manquer d’élastiques et nous entamons donc des recherches ».

Véronique travaille en profitant au maximum du soleil, investissant au choix sa terrasse ou sa véranda. « C’est plus agréable et ça fait du bien au moral. Je suis consciente que ma mission actuelle revêt une importance toute particulière et je mets tout en œuvre pour être la plus efficace possible. Le besoin est réel. J’ai même été sollicitée par deux établissements hospitaliers du secteur, l’un cherchant des masques, l’autre des blouses. Je n’ai cependant pas pu répondre favorablement à leur demande car j’ai déjà fort à faire, mais cela prouve que la mobilisation de toutes les bonnes volontés est plus que jamais nécessaire ! ».

A ce titre, la Ville compte sur vous et lance un appel à tous les doigts de fées. Vous savez coudre et êtes équipé du matériel nécessaire ? Vous avez envie d’agir pour le bien de tous ? Vous aussi, fabriquez des masques en tissu selon la norme Afnor. La Ville devrait prochainement s’approvisionner en matière première ; celle-ci sera fournie aux volontaires et les modalités de participation à cette grande chaîne de solidarité seront bientôt communiquées. Restez connectés afin de prendre connaissance de l’opération « A vos masques, prêts, partez ! ».

Le prochain Viva Cité aura lieu en 2021

CULTURE – ARTS DE LA RUE

Depuis plusieurs semaines, notre pays fait face, comme le monde entier, à une crise sanitaire d’une ampleur inédite, liée à l’émergence d’un virus extrêmement contagieux, le Covid 19.

Cette crise appelle des réponses inédites, comme le confinement de la population, au moins jusqu’au 11 mai, la limitation des grands rassemblements, le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale pour une période indéterminée.

Ces mesures sont absolument nécessaires pour limiter la propagation du virus, sauver des vies et alléger la charge de travail colossale des soignants.

Dans ce contexte, nous sommes contraints d’annuler la 31ème édition du festival Viva Cité, prévue du 26 au 28 juin 2020, ainsi que l’ensemble des manifestations amateurs prévues en prélude au festival.

Cette décision est difficile et à bien des égards douloureuse. Elle est néanmoins indispensable pour garantir la santé de toutes et de tous, priorité absolue dans le moment que nous vivons.

Depuis plus de 30 ans, le festival a tissé un lien fort et indéfectible entre le public, la ville et les artistes. Ce lien est  plus fort que le virus, et nous vous donnons rendez-vous pour la prochaine édition du festival Viva Cité du 25 au 27 juin 2021.

Nous adressons nos remerciements les plus vifs aux artistes, aux intermittents du spectacle, aux agents de la Ville, aux associations, aux équipes de l’Atelier 231, aux bénévoles, aux partenaires institutionnels et privés, aux prestataires pour leur engagement constant qui a permis de construire ensemble ce rendez-vous essentiel. Leur soutien et leur concours seront précieux demain pour continuer à faire vivre le festival.

Dès à présent, la Ville et l’Atelier 231 travaillent à limiter l’impact de cette crise sur le secteur des arts de la rue et de l’espace public et à réfléchir en lien avec les organisations professionnelles et syndicales, à des mesures solidaires pour les équipes. Ce travail et cette réflexion sont menés avec le soutien et l’appui de l’Etat (via la DRAC de Normandie), des collectivités partenaires du festival (Région Normandie, Département de Seine-Maritime, Métropole Rouen Normandie) et des organisations professionnelles partenaires (SACD, ONDA, OARA).

Sans attendre la prochaine édition, dans le cadre de la saison culturelle, la Ville de Sotteville-lès-Rouen et l’Atelier 231 réfléchissent à l’organisation de temps forts autour des arts de la rue à d’autres moments de l’année, et dans des formes à définir, toujours en lien avec la population.

Nous nous retrouverons dans l’espace public pour partager ensemble l’émerveillement, le rire, l’étonnement, pour nourrir nos cœurs et nos esprits, dans la convivialité et dans l’échange qui forment l’identité de la ville et du festival. D’ici là, nous devons faire preuve de civisme et de responsabilité, pour vaincre le virus et retrouver ces moments de vivre-ensemble et de partage auxquels nous sommes tous attachés !

Le sourire avant tout

PORTRAIT – VIE MUNICIPALE

Les services municipaux se sont réorganisés pour assurer la continuité du service public et accompagner au mieux les administrés. Le télétravail s’est imposé pour un certain nombre d’agents municipaux, tandis que d’autres collègues continuent à occuper le terrain pour assumer les tâches essentielles.

Maillon indispensable entre les Sottevillais et la collectivité, les agents d’accueil de l’Hôtel de ville sont à leur poste. « Je travaille les lundis, mercredis et jeudis, et laisse la place à ma collègue Karine les mardis et vendredis », explique Catherine Douis. « Chaque jour, un agent d’un autre service (Nadège, Christelle, Laure du cabinet des élus ou encore Estelle de la direction de la communication) est à nos côtés pour nous épauler en lien avec un cadre administratif. L’organisation mise en place permet de faire face aux diverses sollicitations ».

L’accueil physique est assuré uniquement de 9h à 12h pour des publics très ciblés. Le guichet temporaire se situe à l’espace famille au rez-de-chaussée de l’Hôtel de ville. Pour la sécurité des agents et celle des usagers, des dispositions à la fois efficaces et rassurantes ont été prises : pose d’une protection en plexiglas pour éviter le contact direct, ainsi que fourniture de gel hydroalcoolique et de masques. « Le fonctionnement des services est bien sûr restreint. Nous dirigeons les gens souhaitant déclarer une naissance ou un décès vers le service population, les personnes rencontrant des difficultés vers la direction de la solidarité et du Centre Communal d’Action Sociale, et enfin les Sottevillais concernés pour des démarches auprès du service cimetière. D’autres viennent chercher quelques exemplaires de l’attestation de déplacement dérogatoire. Nous en imprimons un petit paquet chaque matin et le mettons à disposition sur un présentoir. Ce sont les seuls cas pour lesquels les administrés sont aujourd’hui invités à se déplacer en mairie. L’après-midi, nous nous consacrons entièrement aux appels téléphoniques ».

La Ville reste en effet à votre écoute de 9h à 12h et de 14h à 17h au 02 35 63 60 60. « Il y a beaucoup d’appels, quelques habitants qui nous font part de situations personnelles compliquées et que nous orientons vers le CCAS, ainsi que de nombreuses interrogations sur des sujets du quotidien : les distributions de sacs de collecte de déchets, les marchés, le maintien de l’activité de tel ou tel service… Nous essayons d’apporter toutes les réponses mais cela suggère parfois de multiplier les recherches selon la nature de la demande. Nous avons établi un cahier de liaison pour transmettre toutes les informations aux collègues et assurer une bonne traçabilité. Dans tous les cas, nous tentons véritablement de faire au mieux et avec la plus grande réactivité. Heureusement, aujourd’hui, nous sommes relativement rôdés et équipés de nouveaux outils : la Ville a mis en place un support d’information précieux avec MonSotteville.fr, et s’est associée au Comité de Promotion des Marchés pour le dispositif Mon marché sottevillais à la maison. Beaucoup de questions trouvent aujourd’hui réponses avec ces deux initiatives », se réjouit Catherine.

Malgré le contexte actuel, que l’accueil soit physique ou téléphonique, Catherine met un point d’honneur à assurer ses missions avec le même sourire qu’à l’accoutumée. « Le sourire se voit, s’entend, et reste primordial pour satisfaire les demandes des usagers. La période est particulière mais il faut rester positif et garder le moral pour la rendre plus acceptable. D’une manière générale, je trouve que les gens font preuve de compréhension et se montrent agréables. C’est ce qui fait la valeur de notre quotidien professionnel  ».

Mairie de Sotteville-lès-Rouen, tél.  02 35 63 60 60

En ligne avec la Ville

ACTU – SOLIDARITÉ

Contraints d’annuler les excursions prévues en mai pour les retraités, les élus et les services municipaux ont téléphoné, cette semaine, à plus de 3000 Sottevillais pour les informer de cette annulation.

« Dès le début de la crise, nous avons souhaité en priorité nous rapprocher de nos concitoyens de plus de 65 ans qui nous avaient donné leurs coordonnées, avec comme priorité  les personnes isolées » indique Alexis Ragache, premier adjoint en charge des solidarités. « Les agents de la direction de la solidarité et du CCAS assurent ainsi un contact quasi quotidien avec celles et ceux que nous savons vulnérables, en plus d’une présence active au sein des résidences autonomie. Cependant, il était important de prendre attache de tous nos concitoyens retraités pour repasser les messages de prévention, détecter les situations qui nécessitent un accompagnement et informer des dispositifs mis en place pour aider à traverser cette crise. » A l’image de la plateforme MonSotteville.fr et de sa rubrique d’entraide, ou encore du dispositif « Mon marché sottevillais à la maison » qui permet de commander et d’être livré à domicile. « Nous avons aussi rappelé qu’il est toujours possible d’appeler la mairie pour signaler toutes difficultés ou toute inquiétude autour de situations d’isolement et de vulnérabilité. Ces échanges ont été très riches, très chaleureux !»

« Je salue cette initiative ! Ça a été l’occasion de discuter avec la dame de la mairie et de la remercier de prendre des nouvelles » rapporte Odette, 74 ans. Pour Guy, jeune retraité de 81 ans, « j’en ai profité pour poser des questions. C’est très appréciable de garder le contact avec la Ville. Mes voisins sont très gentils et ils me proposent souvent de m’aider, mais c’est rassurant de savoir qu’on peut aussi être accompagné par les services de la mairie. Quant à l’annulation des excursions, je m’en doutais et c’est bien normal, on fera de beaux voyages quand tout ça sera fini !»

Crédits photo : Pixabay