La rue aux enfants

Mardi 22 juin, la Ville organise une « rue aux enfants » dans le quartier Buisson. Le principe ? Une rue est fermée temporairement à la circulation motorisée afin que les enfants puissent y jouer en toute tranquillité. Ainsi, la rue Marius Vallée sera réservée aux élèves de l’école Ferdinand Buisson.

Cette initiative permet aux enfants de s’approprier l’espace devant leur établissement et sensibilise les Sottevillaises et Sottevillais à la sécurité aux abords des écoles.

De 10h à 19h, les écoliers pourront participer à des animations ludiques telles qu’un parcours routier autour des mobilités douces (vélo, trottinette, rollers, overboard) proposé par la Matmut, un atelier de réparation de vélo animé par l’association Guidoline, un shooting photo reproduisant la célèbre pochette de l’album « Abbey Road » des Beatles, organisé par le Photo club UAICF de Sotteville-lès-Rouen. La réalisation d’une œuvre artistique collective à l’aide de bombes de craie et bien d’autres activités sont prévues. En raison du contexte sanitaire, cet évènement est réservé aux élèves de l’école Ferdinand Buisson.

A cette occasion, la Ville se verra remettre le label « Rues aux enfants, rues pour tous »  par l’Agence Normande de la Biodiversité et du Développement Durable à 16h45 devant l’école Ferdinand Buisson.

 

Parallèlement, ce mardi 22 juin, l’œuvre de street-art représentant une marguerite située place Calmette sera inaugurée à 12h30. Ce graff géant a été réalisé par les habitants du quartier Buisson encadrés par l’artiste Andy Maillot alias Cosmoh.

À 17h30, la  boîte à livre devant l’école Ferdinand Buisson sera inaugurée . Deux autres boîtes ont été installées place Calmette ainsi qu’au jardin partagé sur l’esplanade Norris. Avec le soutien du Département de la Seine-Maritime, ces boîtes à livres ont été conçues en partenariat avec la ressourcerie Resistes.

 

La bibliothèque sans exception

Découvrir la culture autrement, c’est-à-dire sans exception, c’est ce que propose la Bibliothèque municipale du 16 au 19 juin.

Dans le cadre de la semaine de l’accessibilité, elle met en lumière ses collections adaptées à travers diverses animations. Pour cette 3e saison de la bibliothèque sans exception, vous n’allez pas en croire vos yeux et vos oreilles !

Au programme, ateliers sonores, devinettes, et histoires pour petits et grands.
L’objectif de ce rendez-vous est de montrer que la bibliothèque est accessible à tous, tant sur le plan des animations que des collections qu’elle propose. Cette édition est particulièrement axée sur la découverte de la langue des signes en lien avec le Fonds Régional d’Art Contemporain Normandie Rouen, et sur l’écoute avec des ateliers sonores.

Les ateliers seront doublés pour augmenter les capacités d’accueil dans le respect des règles sanitaires.

 

Heure du conte kamishibaï en langue des signes

Mercredi 16 juin à 10h30 et 11h15 et samedi 19 juin à 16h et 16h30
Deux histoires à écouter et à regarder pour découvrir la langue des signes et les Kamishibaï.
A partir de 3 ans
Sur inscription

 

Atelier sonore

Mercredi 16 juin à 10h30 et 11h15 samedi 19 juin à 10h30 et 11h
Petites oreilles, venez jouer avec nous pour reconnaître sons et bruits.
A partir de 3 ans
Sur inscription

 

« Des œuvres et des contes » en partenariat avec le FRAC Normandie Rouen

Mercredi 16 juin à 14h30 au FRAC (3 place des Martyrs de la Résistance) ou départ de la bibliothèque à 14h
Une heure du conte spécialement conçue en lien avec l’exposition du moment et également proposée en langue des signes. La séance sera suivie d’un atelier artistique.
A partir de 6 ans
Sur inscription

 

Devine qui raconte ?

Samedi 19 juin à 10h30 et 11h
Venez jouer aux devinettes en découvrant de quel roman est issu l’extrait sonore ! Un bonus si vous découvrez la voix célèbre qui se cache derrière !
Tout public à partir de 10 ans
Sur inscription

 

Bibliothèque municipale, tél. 02 35 63 60 82

L’art de révéler le monde

Les avez-vous remarquées, ces bulles de ciel qui ont germé sur la façade de la bibliothèque municipale ou sur la place de l’hôtel de ville ? Elles sont l’œuvre de l’artiste sottevillais Jean Luc Goupil. Bien sûr vous n‘aurez pas pu le savoir car à aucun moment l’artiste n’a signé son œuvre nommée “c«i»eux qui regardent”. « L’objectif n’est pas de me mettre en avant, mais d’abord de faire se réinterroger les passants sur des choses simples de la vie que nous avons tous sous les yeux et que pourtant nous ne voyons plus ».

C’est l’humain, sa pluralité et sa place dans la biosphère qui anime le travail de Jean Luc depuis ses débuts. Ce globetrotter amoureux des voyages, des rencontres, des gens… de la vie tout simplement, ne se prédestinait pas particulièrement à une carrière artistique. « Je suis entré aux beaux-arts de Rouen en 1988 alors que je griffonnais quelques dessins dans mon appartement et je me suis tout de suite senti comme un poisson dans l’eau ! » Diplômé en 1993, c’est la sérigraphie qui constitue la colonne vertébrale de sa démarche artistique.


« J’imprime sur des objets que je récupère. Il y a donc d’un côté, l’image photographique qui, en tant que fragment d’instant de réel, est témoin d’un monde extérieur. Et d’un autre côté, l’objet, qui de par sa nature ou sa fonction, confère un aspect plus émotionnel, plus proche de notre propre histoire. Par l’association de l’image à l’objet, je cherche à faire ressurgir une réalité qui leur serait commune. Lorsqu’un objet a des «stigmates» d’images du réel, sa lecture devient très différente. On ne l’aborde plus simplement par sa forme, sa fonction ou sa couleur, mais il devient alors un élément de mémoire, lié à une histoire individuelle, ou plus encore à la représentation de l’histoire universelle ».

Dans les œuvres de Jean Luc Goupil, le ciel est régulièrement représenté.

« Mes œuvres, comme toutes les précédentes parlent toujours de l’homme et de sa condition dans le monde du vivant, mais en se tournant «résolument» vers les ciels bleus, espaces de tous les possibles… »

Dans son parcours artistique, Jean Luc capte l’évolution de la société, ses travers et ses contradictions. Il utilise également la sculpture pour évoquer soit des problématiques environnementales ou bien une pluralité du monde, tout en mettant en regard une certaine hypocrisie dans la prise de conscience collective.

 

Au fils du temps Jean Luc a souhaité orienter son travail de manière à ce qu’il véhicule une image plus poétique. Avec c«i»eux qui regardent, pas de message ou de revendication particulière, il surprend avec un élément simple, commun à tous.  Il rappelle à celles et ceux qui ne lèvent pas la tête lorsqu’ils marchent dans la rue que le ciel est là et que l’observer permet de trouver une certaine sérénité. Il songe ainsi à reproduire la démarche dans les stations de métro parisiennes. « Je fais de l’indispensable inutile, mais indispensable. L’art ce n’est pas inventer des choses mais les révéler. »

Les œuvres de Jean-Luc sont donc bel et bien là pour interpeller. Elles sont éphémères  mais l’ensemble de son travail trouve écho dans ses « Carnets de voyage ». Des archives visuelles, des images qu’il réalise depuis 1991. Ces carnets au nombre de vingt-cinq sont en perpétuelle évolution. Ils continuent à évoluer en fonction des photographies utilisées dans ses sculptures et sérigraphie. Des carnets où chaque page illustre une histoire qui mises bout à bout racontent l’histoire de l’Homme dans sa diversité et sa relation avec le monde qui l’entoure.

Consulter le book de Jean-Luc Goupil

Mouvement social du 15 juin 2021

EDUCATION – MOUVEMENT SOCIAL

Un mouvement social est prévu pour la journée du mardi 15 juin 2021. Vous trouverez sur ce lien les informations actuellement à disposition : Mouvement social du 15 juin 2021

Les modalités d’accueil sont déterminées en fonction du nombre d’agents municipaux présents :
– « OUVERT » : l’accueil périscolaire concerné fonctionne normalement.
– « FERME » : l’accueil périscolaire concerné est fermé ; les parents doivent impérativement prendre en charge leur enfant sur ce créneau.
– « PIQUE-NIQUE » : le service de restauration scolaire est fermé. Un encadrement est assuré par les agents municipaux. Le pique-nique doit être fourni aux élèves par leurs parents.

Ces informations sont susceptibles d’évoluer.

Pour plus d’informations, contactez l’espace famille par mail : espace.famille@sotteville-les-rouen.fr
ou par téléphone : 02 35 63 60 57

Retour sur le Conseil municipal

Jeudi 10 juin se déroulait le conseil municipal, retrouvez le vote de vos élu.e.s ci dessous :

Tableau des votes du conseil municipal du jeudi 10 juin 2021

Nombre de délibérations : 14
Nombre de délibérations adoptées  à l’unanimité : 12
Pourcentage de délibérations adoptées à l’unanimité : 86%

 

Retrouvez les délibérations à l’ordre du jour lors de ce conseil municipal :

32 Adhésion de la ville à l’association Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée

33 Signature de la convention pluriannuelle du Trianon Transatlantique

34 Modifications du règlement intérieur de l’espace multi-accueil Les Souris Dansent

35 modification réglements intérieurs accueils périscolaires et extrascolaires 2021

36 Participation aux charges de scolarité entre communes – Convention 2021-2026

37 Rachats à l’Etablissement Public Foncier de Normandie dans le cadre du programme d’actions foncières

38 Cession d’un bien en l’état d’abandon situé 48 rue des Frères Canton

39 Budget Ville – Décision modificative n° 1 – Exercice 2021

40 Garantie d’emprunt au bénéfice de SA HLM Logeo Seine – 8 PLSA rue Victor Hugo – annule et remplace délibération 2018-112

41 Remboursement aux usagers abonnés des prestations annulées en raison de l’épidémie de covid-19 – Ecole municipale agréée de Musique et de Danse

42 Remise exceptionnelle des droits de place sur les marchés

43 Convention de mise à disposition d’équipement de protection et de produits sanitaires en lien avec une épidémie

44 Versement de subventions dans le cadre des dispositifs d’animation – Associations sportives et de loisirs

45 Versement de subventions dans le cadre des contrats d’objectifs

Devenez acteur de la mobilité

Emmener ses enfants à l’école à pied, enfourcher son vélo pour se balader en bords de Seine, prendre sa voiture pour aller au travail, ou le bus pour faire du shopping en centre-ville, envoyer ou recevoir ses colis, ses marchandises… Tous, au quotidien, nous utilisons des moyens de déplacement divers et variés pour bouger au sein de la Métropole. Mais si, aujourd’hui, nous avons nos petites habitudes, comment bougerons-nous demain ?

Dans la continuité des premiers ateliers relatifs à l’élaboration de son nouveau Plan de Mobilité (PDM), la Métropole a lancé officiellement la grande concertation « Mobilités : ça bouge ! » à destination du grand public.

Dès le mois de septembre, la Métropole va créer un Comité citoyen. L’objectif : réunir 30 citoyens afin qu’ils puissent réfléchir aux mobilités de demain et produire un avis collectif. Cette production sera une contribution importante dans la mise en œuvre de la politique de déplacements.

La phase de recrutement des membres de ce Comité est en cours et se finalisera le 20 juin prochain. Le recrutement est réalisé via un questionnaire disponible sur la plateforme « je participe »

Parallèlement et pour toucher un maximum de personnes, une campagne de recrutement par des rencontres de proximité est organisée sur le terrain. Dans ce cadre la Métropole, accompagnée du prestataire Respublica, sera présente sur le marché place de l’Hôtel de ville dimanche 13 juin pour venir à la rencontre des habitants et recruter ainsi d’éventuels membres du futur Comité citoyen.

Plus d’informations sur https://jeparticipe.metropole-rouen-normandie.fr/concertation-publique/mobilites-ca-bouge

Colore ta rue !

Des couleurs et des formes géométriques du côté de la Maison citoyenne et de la place Voltaire. Un décor végétal en trompe l’œil sur la place Calmette : les arts urbains revisitent les rues et les places sottevillaises à partir du 5 juin.

« Tout a commencé par un cycle d’interventions destiné à initier les habitants aux arts graphiques urbains » rappelle Christine Borja Viegas d’Abreu, adjointe en charge du dialogue citoyen. « Sous la houlette d’Andy Maillot, artiste-peintre, des ateliers intergénérationnels ont été proposés pour apprendre à peindre au pochoir, sur des tee-shirts, du mobilier. Mais c’est bien dans la rue que l’art urbain s’exprime le mieux en valorisant les espaces qu’il investit. Nous avons donc souhaité pousser la démarche jusqu’à la réalisation d’oeuvres plus ou moins éphémères. »


FRESQUES PARTICIPATIVES

Du côté de la place Voltaire, les habitants sont encadrés par Claire Dubois-Chappée, membre du collectif Utopiquement Vôtre. Au sein de la Maison citoyenne Grenet/Voltaire, ils ont réalisé les pochoirs qui permettront d’habiller de formes colorées la place, une partie du mobilier et le trottoir situé devant la Maison citoyenne et l’atelier d’autoréparation de vélo Guidoline. Au travers d’un mur d’expression, ils ont aussi déterminé les mots, les phrases, les paroles d’habitants qui viendront compléter cette fresque participative. Car si les usagers des Maisons citoyennes sont bien évidemment associés à la mise en peinture, les passants qui souhaiteraient s’essayer à la technique seront également les bienvenus, les samedi 5 et dimanche 6 juin.

Du côté de la Maison citoyenne Ferdinand Buisson, les habitants se sont attachés à ce que le végétal reprenne toute sa place. Encadrés par Andy Maillot de l’association Cosmoh, ils investissent le sol et le mobilier d’un effet trompe-l’œil bucolique et poétique. Il faudra quelques jours, du 7 au 9 juin, à cette équipe de graffeurs en herbe pour réaliser à la peinture semi permanente et aux pochoirs une fresque végétale aussi vraie que nature.

 

▋ Service des Maisons citoyennes, tél. 02 35 63 60 97

L’été des jeunes Sottevillais

L’été arrive enfin ! Dans le contexte sanitaire, les équipes d’animation et d’accueil de la Ville se sont mobilisées pour proposer un programme d’animation complet aux jeunes Sottevillais. Un panel d’activités et de loisirs, des mini-séjours et des moments d’évasion sont à retrouver dans le guide été jeunes disponible en format papier à l’hôtel de ville et dans les structures municipales.

Il vous donne également toutes les clefs pour inscrire votre enfant aux accueils de loisirs pour la rentrée prochaine !

 

Consulter le Guide été jeunes 2021

Fête du jardin 2021 à Buisson-Gallouen

Le soleil s’est spécialement déplacé à Sotteville mercredi 26 mai 2021 pour la fête du jardin dans le quartier Buisson en lien avec le service environnement et espaces publics, la Maison citoyenne et les jeunes du dispositif Ludocité.

De nombreux enfants du centre de loisirs sont venus découvrir, ou redécouvrir, le jardinage et le plaisir de travailler la terre, les fleurs et les plantes.

Un outil de cohésion sociale

Luce Pane, maire de Sotteville, est venue saluer les enfants, les animateurs et les habitants du quartiers réunis devant les différents espaces de jardins partagés. “La nature en ville est quelque chose de très important pour la planète bien sûr, mais aussi pour le lien social. On le voit ici, les gens de tous âges se parlent autour d’un projet de jardinage.

Un jardin partagé ainsi que plusieurs bacs colorés ont été installés par la Ville. Une dizaine d’habitants s’occupent des cultures quotidiennement. Ce genre de dispositif est amené à se développer à Sotteville.

Pour contacter le Conseil citoyen, se rapprocher de la direction de la Solidarité et du CCAS au 02 35 63 60 69

Covid-19 : opération de sensibilisation et de distribution d’autotests

L’Agence Régionale de Santé, avec le soutien logistique de la Ville de Sotteville-lès-Rouen, organise une opération de distribution d’autotests jeudi 27 mai, de 10h à 13h, sur le marché place de l’Hôtel de ville.

Pour continuer à freiner la propagation de l’épidémie de Covid-19, ce sont plus de 1000 autotests qui seront à disposition et distribués gratuitement par les membres de l’Association Départementale de Protection Civile.

Cette distribution permet d’informer la population sur la bonne utilisation des autotests mais également de rappeler les gestes barrière.

Complémentaires des tests RT-PCR réalisés par des professionnels de santé, les autotests sont quant à eux un outil d’auto-surveillance. Ils aident à repérer d’éventuels nouveaux cas afin de mettre en œuvre les mesures de protection et d’isolement nécessaires. Ils contribuent à faire de chacun un acteur de la lutte contre l’épidémie.

 

Plus d’info sur l’autotest ici