Donner sa langue au chat

BON PLAN – ENFANT – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Vous jouez peut-être au chat et à la souris pour réussir à télétravailler au mieux en présence de vos enfants. Ce n’est pas un exercice facile et vous seriez sûrement prêt à donner votre langue au chat pour avoir la solution miracle ! C’est d’ailleurs votre cheval de bataille depuis plusieurs semaines : entre certains enfants qui s’entendent comme chien et chat, ceux qui tournent comme lion en cage, confinés dans d’étroits espaces et vos astuces pour ménager la chèvre et le chou, ce n’est pas le moment d’avoir le cafard, votre travail de fourmi paie et sans vendre la peau de l’ours, vous pouvez être fier comme un paon de toujours trouver des activités qui les empêchent d’avoir le bourdon et qui permettent à toute la famille de garder le sourire et d’être gaie comme un pinçon !

Les animaux fascinent les enfants. Tout petit déjà, il aime à imiter leur cri, leurs attitudes. Marina, agent petite enfance, vous propose, un jeu à ce sujet : « Le principe est de s’amuser avec un même support (les animaux) dont on décline des variantes de jeux pour divertir l’enfant : comptines, langage, imitation, c’est vous qui décidez. L’avantage est que l’on peut s’amuser à plusieurs, quel que soit l’âge ! »

Imiter le cri des animaux est un formidable outil de communication pour favoriser le langage avec votre enfant. En imitant les sons que vous associez aux animaux, vous aidez votre enfant à entrer dans le langage. Au-delà des fous rires que ces séances peuvent provoquer, ces courtes interactions que vous lui proposez vont l’inciter à les reproduire pour communiquer avec vous. Amusez-vous avec lui, à tout moment : c’est la répétition de vos interactions qui vont aider l’enfant à ce que ces mots fassent partie de son quotidien.

Vers l’âge de 2/3 ans, vous pouvez utiliser des lotos des animaux sonores, aidant à associer la reconnaissance sonore au visuel de l’animal. Les comptines sont également nombreuses !

Véronique, éducatrice de jeunes enfants, vous propose ici un jeu de langage pour reconnaître les animaux.

Lorsque la nuit tombe et qu’il est l’heure d’aller se coucher, Géraldine, éducatrice de jeunes enfants, vous soumet l’idée des jeux d’ombres : « Pas d’accessoires si ce n’est un petit entraînement préalable, ou une fiche mémo pour bien signer, une lampe et la pénombre. Faire avec ce que l’on a chez soi. Cette activité est un jeu de transmission aussi : en grandissant, ils prendront votre relais en s’amusant à le faire. Il existe aussi les ombres de ses héros préférés à mettre en scène dans ses albums. »

N’oubliez pas, l’enfant aime imiter les animaux par leur cris mais aussi par leur comportement ou mode de déplacement : faire la grenouille, marcher en crabe, sauter comme un kangourou sont des bases à explorer pour faire un peu de gym. Petits et grands peuvent se prendre au jeu pour bouger.

Place aux comptines, aux jeux, aux imitations et à l’imagination. Le monde des animaux est un monde fantastique inépuisable.

C’était la dernière séance… Toute l’équipe du service petite enfance de la Ville a pris énormément de plaisir à vous accompagner pendant cette période de confinement. Vous pourrez retrouver leurs précieux conseils et tous les numéros de SOS familles en confinement dans la boîte à idées de MonSotteville.fr.

“Fait maison” en couleurs

BON PLAN – ENFANTS – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Depuis plusieurs semaines vous redoublez d’efforts et d’ingéniosité pour occuper vos enfants, notamment avec ce que vous avez sous la main. Vous vous découvrez des talents : enseignement, animation, cuisine, fabrication de produits ménagers, décoration, activités…

Qui aurait pu penser, il y a quelque temps que vous vous seriez lancés ces défis-là, et pourtant !

Faire soi-même participe activement à notre bien-être, et il en est de même pour les enfants. Alors, pourquoi ne pas mettre vos talents en commun pour gagner en autonomie et estime de soi ?

« Prendre le contre-pied du confinement et avoir la satisfaction d’avoir créé quelque chose de ses propres mains est valorisant. Lorsqu’en plus cela est fait en famille, cela décuple le plaisir et renforce les liens familiaux. Avec la peinture végétale que je vous propose, vous allez prendre plaisir à préparer des couleurs avec des produits naturels. » explique Marion, éducatrice de jeunes enfants au service Petite enfance.

Selon les âges, « vous aurez besoin de colle. Les bâtons partent vite lorsque l’on bricole beaucoup. La préparer ensemble représente déjà une activité avant même de l’utiliser. Et c’est si simple à réaliser qu’il serait dommage de s’en passer » ajoute Sabrina, agent petite enfance.

Et si vous cherchez une activité innovante et surprenante, pourquoi ne pas tenter de faire de la peinture gonflante ? Marie-Laure, puéricultrice vous en propose la recette. « Vous aurez le loisir de choisir les couleurs que vous souhaitez préparer. Cette nouvelle texture va donner à vos enfants l’occasion de tester d’autres manières de colorer les supports. »

Mais comment éveiller les enfants aux couleurs ? En noir et blanc ou foncé et clair les premières semaines de vie du nourrisson, les formes et les détails des objets se feront progressivement au cours des premiers mois de sa vie. Son champ visuel étant également en cours d’élargissement, il est important de déplacer les objets doucement devant ses yeux et donc de lui proposer des objets ou livres contrastés.

C’est vers l’âge de 3 mois, que le bébé perçoit les premières couleurs primaires : le vert et le rouge, puis les autres couleurs vers 5 mois. Ensuite, il découvre les reliefs mais reste très attiré par les couleurs vives : le bleu, le jaune, le rouge et le vert. Les stimulations de l’enfant se font au fur et à mesure, en privilégiant les jeux à une distance suffisante et des mouvements lents. La vision en 3D (proposée par les écrans notamment) provoque une fatigue visuelle importante pour le jeune enfant et peut être plus limitée. Quel que soit l’âge, n’hésitez pas à choisir un livre : il y prendra goût !
Les couleurs primaires, les images contrastées des livres restent privilégiées les premières années de vie pour améliorer l’acuité visuelle par étapes.
Vers l’âge de 2 ans, l’enfant est en capacité de nommer les couleurs. En voici un petit jeu en ligne , accompagné de petites histoires de l’Ecole des Loisirs sur le thème des couleurs.

Plusieurs jeux peuvent être proposés dans la vie quotidienne. Vous pouvez interroger votre enfant sur la couleur de son pull, celle des fruits de la corbeille. Ce thème peut être aussi abordé avec un dessin à colorier avec la peinture que vous aurez préparée ! Des lotos des couleurs sont aussi à votre disposition. Quel que soit le support pour faire de la peinture : au ballon, aux doigts, au coton…votre enfant s’amusera dans un monde coloré et joyeux !

Porte chance

BON PLAN – ENFANTS – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Les sous-bois doivent regorger de petites clochettes… Impossible cette année d’aller en cueillir mais avec l’activité qui vous est proposée aujourd’hui, vous aurez l’occasion d’en partager avec ceux à qui vous tenez. Par mail, par MMS, par vidéo, il existe plusieurs manières de garder le contact avec ses proches et d’envoyer son petit brin de muguet.
La Ville a aussi développé « l’opération Sourires » pour envoyer un message aux retraités des résidences autonomie. Et si on leur envoyait un petit brin de muguet ?

Véronique, éducatrice de jeunes enfants, vous propose cette activité à réaliser avec vos enfants. « Le brin de muguet est un porte-bonheur. Et cette année, plus encore, tout le monde en a besoin. L’enfant, à son niveau aussi, peut participer à diffuser un message positif à ceux qui l’entourent. Privé de ses proches, il peut ainsi maintenir le lien avec eux ! »

Trouver sa place comme enfant, au milieu de ce tumulte sanitaire, n’est pas toujours évident. Il partage sûrement des émotions communes aux vôtres : inquiétudes, sentiment d’impuissance, avenir proche… En avez-vous parlé avec lui ?

« L’enfant a besoin de se sentir concerné par ce qui se passe, mais n’a pas besoin d’en avoir tous les détails, souvent anxiogènes. » explique Marie-Laure, puéricultrice du service petite enfance. « Vous pouvez partir de ce qu’il pense savoir, de ces questions. Le but n’est surtout pas de lui faire peur ou de l’inquiéter, mais plutôt de le rassurer, même si la situation demande de nouvelles habitudes à adopter. » A ce sujet, Anne-Sophie et Elsa, puéricultrices, vous ont préparé un puzzle des émotions.

Il existe des moyens pour répondre à ses attentes, et reconnaître aussi qu’il y a des sujets sur lesquels vous non plus, en tant qu’adulte, vous n’avez pas de réponse pour le moment.
« Je ne sais pas » est une réponse disait Jacques Salomé. Comment fait-on les bébés ?… Je ne sais pas… Attention de ne pas trop abuser de cette réponse, quand même ! Pour vous accompagner, voici la petite histoire du coronavirus.

A un autre niveau, comme le précisait, Véronique, éducatrice de jeunes enfants, « le sentiment d’impuissance peut être en partie comblé par le fait d’agir sur l’une des conséquences du confinement : vaincre l’isolement de certaines personnes, se sentir utile, en participant à diffuser des messages, des dessins. Ces petits bonheurs qui font sourire et rendent le quotidien du confiné plus supportable ! »

D’autre part, les personnes qui continuent de travailler pendant ce confinement peuvent apprécier de découvrir à vos fenêtres, un petit message de soutien par un beau dessin, coloriage leur étant destiné. Voici d’ailleurs, quelques modèles possibles , à retrouver sur ce lien : https://ds1.static.rtbf.be/uploader/pdf/b/c/5/vivacite_313937abe58bd974bc73e959bfe19bd6.pdf

En cette journée du bonheur, Jessica, auxiliaire de puériculture, vous propose une activité de jardinage : « L’enfant aime préparer les plants avec vous, décorer les coquilles d’œufs pour les personnaliser. C’est une activité à « nourrir » sur plusieurs jours : un petit rituel pour arroser les graines, voir l’évolution jusqu’à voir germer les graines. Il pourra même offrir sa petite plante à un proche par la suite. »

Pour faire entrer la joie dans la maison, on peut l’appeler en y faisant entrer la musique et en dansant ! Choisissez vos titres les plus entraînants et place aux rondes et chansons. Les journées vous paraîtront plus gaies. Danser permet en plus d’entretenir son corps, de bouger et s’amuser tous ensemble! Et pourquoi ne pas en profiter pour faire une petite vidéo envoyée à papy et mamy ? Vous permettez ainsi de partager votre joie en dehors de votre foyer !

Alors, à vos mains, crayons, téléphones et demandez à votre enfant, il saura sûrement vous dire à qui l’envoyer. Souriez, même si vous êtes confinés, et surtout bon 1er mai !

Le challenge du “Vivre ensemble”

BON PLAN – ENFANTS – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Vivre confiné, c’est aussi réussir à vivre sereinement et tous ensemble ! Et ce qui pouvait être facile les premiers jours, peut désormais relever du défi.

Dans un foyer qui vit : on entend les rires d’enfants, de la musique, le téléphone, les explications pour les devoirs mais aussi, parfois, les cris, les colères et frustrations des enfants qui supportent de plus en plus difficilement l’enfermement.

Cécile, agent petite enfance de la crèche, conseille que chacun des membres de la famille puisse trouver son espace personnel. « C’est d’autant plus important lorsque l’on a plusieurs enfants qui doivent partager une même chambre. Réussir à aménager l’endroit où on peut installer ses affaires, se retrouver, jouer, sans qu’un autre enfant vienne tout bousculer est  primordial pour notre bien à tous !»

Au-delà de l’aménagement d’espace, il est important de renouveler les activités à leur proposer pour casser l’ennui, mais aussi en profiter pour faciliter les relations entre les membres de la famille.

« Organiser une activité commune, quel que soit l’âge, est un bon moyen de renforcer les liens. On rit, on crée des souvenirs, on installe et range ensemble. Les challenges sont gages de positivité ! Pourquoi ne pas organiser une partie de bowling dans le salon, avec 2 équipes parent/enfants ? » propose Marina, agent petite enfance du service.

Géraldine, éducatrice de jeunes enfants, nous invite à utiliser ce que l’on a chez soi, en toute simplicité. « La créativité fera le reste. Une bannette à linge, une paire de chaussettes pour ballon, et hop : on en fait un but ou un panier. Le match commence et tout le monde joue, les adultes comme les enfants ! »

Anne-Sophie, puéricultrice, vous propose de mettre en place « un jeu de l’oie et de la forme » pour toute la famille.
« C’est l’occasion de s’amuser en communiquant tous ensemble et en laissant à chacun le temps de réaliser l’activité motrice demandée. Même les plus petits peuvent participer, en imitant les plus grands, en étant attentifs aux consignes orales et visuelles. Tout cela favorise l’évolution du schéma corporel des plus jeunes, car ils prennent conscience de leur corps en faisant des expériences répétées. Une très belle occasion de partager, en citant les parties du corps pour favoriser le langage des moins de 3 ans et en mettant à contribution les aînés, qui montreront les challenges à relever. Le plaisir de l’effort, le plaisir de la réussite, le plaisir d’être ensemble ! A vos baskets ! »

Les enfants ont envie de bouger (les adultes aussi) ? Regardez autour de vous, il y a sûrement le matériel qu’il vous faut pour créer les plus belles olympiades intergénérationnelles dans votre salon ! Préparez les consignes et déterminez ensemble les récompenses. Les petits aiment défier leurs parents, qui eux aussi se prennent au jeu. Fous rires et souvenirs garantis !

Et si on organisait une kermesse à la maison ? Avec le parcours de motricité de Géraldine, le chamboule tout de Marie-Laure et la chasse au trésor dans le sable magique de Cécile, voici les premières idées concoctées par les agents petite enfance. A vous d’imaginer et de créer la suite !

S’évader en restant chez soi

BON PLAN – ENFANT – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Qui n’a pas envie de s’évader, même un court moment, loin du quotidien ? Pour les adultes, cela est plus compliqué que pour les enfants, pour qui, plonger dans l’imaginaire permet tous les voyages !

Maryline, agent petite enfance de la crèche, vous donne les explications pour construire le plus beau bolide en famille (à conduire sans permis) : « Un grand carton, un peu de bricolage, des accessoires à créer selon les envies et vos enfants seront ravis ! Ils auront besoin de votre aide pour l’assembler mais ensuite, vous pourrez les laisser choisir la manière de le décorer. Une activité en étapes qui leur permettra de jouer plusieurs fois. »

Qui n’a pas joué, petits, avec un circuit de voitures ? C’est un univers familier, « un jeu symbolique qui attire tous les enfants, filles ou garçons » souligne Elsa, puéricultrice. « C’est vers l’âge d’un an, qu’un enfant peut commencer à faire rouler un objet. En choisissant un jouet léger et facile à prendre en main, l’enfant va commencer à le mettre en action. Lorsqu’il commencera à marcher, il se tournera vers les voitures à friction et plus tard encore vers les véhicules à tracter à ficelle. A chaque âge, sa voiture ! En y jouant, l’enfant développe son imagination, sa motricité fine et son langage. »

En période de confinement, vous pouvez varier les options. Pourquoi ne pas dessiner des routes sur une grande feuille posée au sol : vous choisissez le paysage et l’itinéraire par des chemins plus ou moins sinueux, des croisements… Besoin d’un parking ? Avec une grande boîte en carton, dessinez des places de parking pour ses plus belles voitures avec une ouverture pour sortir du garage…

Amusez-vous aussi, avec lui, pour lui créer un univers personnalisé !

Véronique vous propose un jeu de langage autour des véhicules de la vie quotidienne : « Les enfants aiment les nommer et faire les bruitages des sirènes de certains véhicules d’urgence. Les jeux sont infinis autour de l’activité. Ces moyens de transport font partie de leur quotidien. Laissez parler aussi vos idées, pour vous approprier ce jeu ! »

Vous souhaitez accéderez à une petite histoire de pompier ? Rendez-vous sur ce lien tiré d’un livre de L’école des Loisirs : https://www.youtube.com/watch?v=bIDIXIEeaF4, en voilà un autre sur le rôle des pompiers : https://www.youtube.com/watch?v=L11StBpgjdw, puis une histoire sur les moyens de transports : https://www.youtube.com/watch?v=E6xyvkEGgsg et enfin les bruitages : https://www.youtube.com/watch?v=z7mDDBwhec4

Pour aller plus loin, les plus grands apprécieront le coloriage de Sam le pompier (héros du moment) ou la comptine mimée des transports.

Et pour les plus petits, Camille, auxiliaire de puéricultrice, vous donne l’astuce de la peinture propre. Non seulement vous évitez de passer directement votre petit au bain pour une bonne heure de nettoyage, mais en plus « cette activité est un excellent moyen, pour l’enfant, même jeune, de développer son sens du toucher, de la vue, dans le cadre d’une activité artistique. Il prendra plaisir à mélanger les couleurs ou simplement à les toucher de l’index. Pas de règle, ici seul le plaisir compte ! »

Rien ne vous empêche de glisser dans une deuxième pochette (à superposer à celle recevant la peinture) un coloriage simple, pour multiplier les plaisirs, selon l’âge et les envies.

Place à l’évasion, à la maison !

Le Dr Blanc, médecin référent du Service Petite Enfance souhaite vous adresser ce document et message : « Rester chez soi  pour vous protéger et protéger les autres est le message  depuis le début de cette épidémie de Covid 19. Mais il faut continuer à protéger les plus fragiles notamment les enfants ! Voici un petit rappel utile pour continuer à soigner les enfants. SVP ne repoussez pas un examen nécessaire urgent ou une vaccination. Sachez appeler votre médecin au moindre souci, à la moindre question. Prenez soin de vous et de vos proches. »

Ludocité à la maison

ENFANT – FAIRE SOI-MÊME – LOISIRS

En confinement à la maison, les animateurs de Ludocité continuent de proposer des activités pour les jeunes Sottevillais. Voici donc l’atelier cuisine du Champ des Possibles et la vidéo réalisée par Christelle de l’association Particules pour laisser exprimer sa créativité avec 3 fois rien.

Alors à vos casseroles, à vos feutres et n’hésitez pas à nous faire part de vos réalisations en envoyant des photos de vos créations à jeunesse@sotteville-les-rouen.fr !

Prendre le temps…

BON PLAN – ENFANT – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Si vous lisez ce billet, c’est que vous avez passé le cap de la première phase de confinement, et c’est plutôt une excellente nouvelle ! Maintenant, il s’agit de tenir dans la durée, entouré 24h/24, de vos petits loups débordants d’énergie.

Etre confiné est loin d’être une période calme. En couple ou en solo, il faut, depuis plusieurs semaines déjà, jongler entre les obligations personnelles et professionnelles (et les inquiétudes qu’elles engendrent) et composer avec les frustrations du petit qui veut aller au parc, de l’ado qui menace de rejoindre sa bande de copains malgré les interdictions, du cadet qui oblige à revoir tout le programme du CE2, sans oublier le chat qui est déjà sorti 29 fois depuis ce matin !

Zen… Malgré tout cela, le confinement revêt aussi des aspects positifs, à exploiter notamment en famille. Il donne l’occasion de nous recentrer sur l’essentiel.

C’est le printemps, la nature s’éveille. On la voit, on l’entend. Il suffit d’ouvrir sa fenêtre pour entendre le chant des oiseaux, de s’allonger dans le jardin pour sentir l’herbe nous chatouiller ou de s’installer sur le balcon pour percevoir le vent et laisser ainsi libre court à nos imaginations, nos émotions et à tous nos sens.

Le Conseil de Marion, éducatrice de jeunes enfants : « Quel que soit l’âge : être à l’écoute de la nature est une découverte ! Regardez votre enfant faire une récolte de petits trésors naturels (feuille, fleur…). Laissez-le entrer en contact avec l’herbe ou la terre est une expérience enrichissante et apaisante (bien que salissante : prévoyez en conséquence !) »

Vous n’avez pas de jardin : Ce n’est pas un souci ! Internet regorge de titres relaxants, de fonds sonores, de chants d’oiseaux, de clapotis de vagues pour voyager où bon vous semble (et sans attestation). Place à l’apaisement, à la relaxation et au bien-être…

Cette semaine, Marie-Laure vous propose des bouteilles sensorielles que vous pourrez «  remplir avec l’enfant pour développer sa motricité fine. » Elles serviront au petit sur le tapis d’éveil comme au plus grand qui verra s’agiter les paillettes dans la bouteille.

Morgane vous donne des astuces pour permettre aux plus petits d’explorer les espaces au sol et favoriser leur motricité globale en toute sécurité.

En variant régulièrement les propositions calmes et dynamiques, vous évitez à l’enfant de s’agiter et lui permettez d’être plus disponible pour ce qui va suivre. Tout comme vous ! Car si vous avez besoin d’apaisement, il est fort possible qu’il en soit de même pour lui.

Le Conseil de Véronique, éducatrice de jeunes enfants : « N’oubliez pas les transitions entre deux activités. Votre enfant a besoin d’abandonner ce qu’il faisait pour passer sereinement à l’action suivante. Vous réduirez ainsi ses frustrations. Le diaporama de la nature est un bon outil pour favoriser la relaxation et le retour au calme. »

Alors, restons zen….

Place à l’imaginaire

BON PLAN – ENFANT – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

AU SECOURS !!!! Il veut sortir !!!!

Il commence à faire beau, garder ses enfants à l’intérieur est un défi quotidien qu’il est compliqué de relever. Rassurez-vous, il existe des solutions. Nous allons vous proposer des activités ludiques et dynamiques à faire chez soi.

Il est vrai que plus votre enfant va grandir, plus il va vouloir se déplacer, courir, sauter, explorer ce qui l’entoure. A l’intérieur, cela implique que l’adulte mette en hauteur ses affaires, sous peine de les voir perdues à tout jamais sous le canapé ou dans une cachette très, très secrète (avouez, vous cherchez encore votre deuxième chaussette) ou dans la bouche de votre petit aventurier (attention danger !)

Même si les tous les parents s’accordent à dire « il grandit trop vite !», le développement de chaque enfant se fait progressivement, à des vitesses différentes, selon les domaines d’acquisition. Le développement de sa motricité globale va lui permettre de contrôler ses muscles par des mouvements de plus en plus précis (vers sa motricité fine), qui l’amèneront à développer de nouvelles habilités (comme vous chaparder votre livre laissé sur la table basse).

Se retourner, s’asseoir, grimper, courir sont autant d’expériences « épuisantes » pour les parents, qu’enrichissantes et motrices pour leur enfant.

Conseil de Géraldine, éducatrice de jeunes enfants : «  Pas de préparation, juste une couverture et place à l’imaginaire ! Votre enfant vous suivra sûrement dans le monde dans lequel vous l’emmènerez. Si vous avez décidé que, cette année, les meilleures cachettes du lapin pour les chocolats sont dans la maison, l’enfant explorera la maison avec vous.  Avec  simplicité et complicité dans vos jeux, il se sentira encouragé dans ses nouvelles capacités ! »

Et place aux idées : de la complicité en faisant de la gym en duo, une cabane à monter dans le salon, votre créativité n’a pas de limite ! Les jeux de langage aussi sont là pour favoriser les interactions, comme en témoignent les jeux proposés par Véronique, éducatrice de jeunes enfants. Essayez la recette des fondants cœur coulant au chocolat et grâce à Marie-Laure, puéricultrice, vous pourrez réaliser un panier pour la chasse aux œufs du week-end.

Prenez soin de vous !

 

 

SOS Familles en confinement

BON PLAN – ENFANT – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN
Le service petite enfance de la Ville partage ses ressources avec les familles et les tout-petits en confinement.
Nous sommes déjà à 3 semaines de confinement, et nous imaginons déjà que beaucoup de parents pensent avoir épuisé toutes leurs idées pour occuper les enfants en cette période. D’autant plus qu’il faut une sacrée dose de polyvalence pour réussir à gérer télétravail, garde d’enfants et gestion de la maisonnée !
Rien ne sert de vous cacher dans le bureau pour télétravailler, ils vous trouveront !!! Courage et surtout DÉCULPABILISEZ , car tout le monde fait ce qu’il peut pour s’adapter à cette situation inédite.
Ce dont a besoin votre enfant, c’est de votre présence à ses côtés, de partager des moments de complicité, de se sentir regardé et donc aimé ! Puisque vous êtes à la maison, il vous imagine forcément disponible.
Les tout-petits apprécieront que vous leur aménagiez un espace sensoriel à vos côtés ! Vous pourrez également favoriser la motricité libre de bébé. Pour amener vos plus grands, à comprendre que vous ne pouvez pas entièrement vous consacrer à eux, n’hésitez pas à vous aménager, dans votre emploi du temps, des plages horaires « enfants » qui ponctueront votre journée ! En gardant un rythme quotidien proche de vos rituels familiaux habituels, vous aller aider votre enfant à se repérer dans la journée.
Et pour diversifier les activités, rien de mieux que de confectionner, avec lui, quelques outils pour s’amuser et appréhender de nouvelles acquisitions. Grâce aux fiches d’activités que nous avons réalisées pour vous et que vous trouverez ci-dessous, il ne vous reste plus qu’à vous laisser guider ! A vous de jouer !!!!
La pâte à modeler
La recette des chaussons aux pommes
La manipulation de semoule
Le conseil d’Elsa, puéricultrice : « Ne faites pas toutes les activités le même jour. Ainsi vous pourrez garder un peu de magie et de suspens pour chaque nouvelle journée ! La pâte à modeler proposée par Morgane, la manipulation de semoule sont de formidables supports pour laisser place à l’imagination et la créativité, quel que soit son âge ! »
Vous pourrez retrouver chaque mercredi, SOS Familles en confinement, la nouvelle rubrique proposée par le service petite enfance de la Ville,  pour vous aider à mieux vivre cette période. 

 

Confinés mais aux aguets

ENVIRONNEMENT – FAIRE SOI-MÊME – QUOTIDIEN

Le défi n’est pas compliqué : chaque jour (durant la période de confinement) consacrez 10 min à l’observation et au comptage des oiseaux de votre jardin. Essayez d’être le plus exhaustif possible en signalant tous les oiseaux qui fréquentent votre jardin durant ces 10 min (attention, on ne compte que les oiseaux posés). Puis enregistrer toutes vos données sur le site de l‘observatoire de la LPO.
Participer – mode d’emploi